Accueil / Reportages de pêche / Lac de Pareloup / Lac de Pareloup : le rêve inaccessible

Lac de Pareloup : le rêve inaccessible

Présentation du lac de Pareloup pour la pêche et les pécheurs.

Superficie : 1260 ha – 5e plus grande retenue d’eau artificielle de France et la plus grande du sud de la France.
Altitude du lac de Pareloup : 805 m
Profondeur maximum : 35 m
Profondeur moyenne : 12,5 m
Température moyenne de l’eau / ans : 9°C (2°C à 20°C)
Mise en service : 1952

Vidange du lac de Pareloup: complète en 1993
Réglementations particulières : soumis à la loi littoral, pêche de nuit autorisé sur l’ensemble du lac aux appâts végétal
Réserves de pêche : anse des Faux, de Boulouis, de Fonbelle, toutes pêche interdite (et oui même la pêche du gardon !) de début Avril à debut Juin – voir les dates précises

Carte de Pareloup relief du du fond du lac

Ce lac fait parti du grand complexe hydroélectrique du Lévézou avec notamment le lac de Pont de Salars et le lac de Villefranche de Panat.

l’attitude et le climat, la température de l’eau et les vents violents.

805 m d’altitude le lac de Pareloup est un lac de montagne avec des eaux limpides, suivant les saisons on peut voir le fond jusqu’à 5 m  de profondeur. La température de l’eau est le facteur limitant pour ce lac, elle varie en moyenne sur une année de 2 à 22 °C ce qui est une amplitude énorme. A Pareloup on a l’impression que le vent ne s’arrête jamais. Que ce soit le vent du nord ou de sud est qui souffle en rafales violentes ou le vent d’ouest (dominant) ils sont omniprésents et déterminants pour la pratique de la pêche. Sur une telle étendue d’eau le vent provoque des vagues importantes. Les études scientifiques réalisées lors de la vidange en 1993 ont déterminé que le vent était l’élément prépondérant dans l’évolution de ce milieu aquatique sans pouvoir pour autant en évaluer l’incidence exacte.

– l’ensemble des études scientifiques et écologiques menées lors de la vidange du lac en 1993 sont disponibles sur ce site

Pareloup soumis au vent

La forme du lac de Pareloup : 130 km de berges !

Le lac a engloutis une plaine humide ou de nombreux ruisseaux rejoignais le Vioulou qui est l’affluent principal (voir l’article : Pareloup avant le lac). En découle une forme atypique où autour de deux vasques centrales partent de longues baies qui découpent profondément le littoral : en résulte 130 km de rivages. Ces baies sont des lieux calmes ou la végétation de bordure c’est fortement développée, des lieux privilégiés pour la reproduction des poissons et des oiseaux (ici en image). Ce sont elles qui font la richesse et l’originalité de ce lac, elles ont des expositions variées et une profondeur différente. Une telle configuration est une aubaine pour la pêche, ici toutes les configurations existent, on trouvera toujours un lieu qui répond aux exigences de la saison et aux conditions du jour. Selon l’exposition et les vents dominants, la température de l’eau diffère de plusieurs degrés d’une baie à l’autre.

La vidange : un milieu jeune en pleine évolution
quel est la taille des poissons qui ont 17 ans ?

En 1993 a eu lieu la vidange complète du lac, une remise à zéro. Mis à part quelques rares spécimens réintroduits après la remise en eau du lac, les poissons sont issus de 19 années  de reproductions (1993-2012). C’est un milieu neuf avec des évolutions rapides et perceptibles d’une année sur l’autre. Les Gardons et les Brèmes forment des groupent générationnels, au sein desquels les individus font tous la même taille. Ce phénomène naturel de conquête du milieu est renforcé par des années ou la reproduction ne fonctionne pas en raison des conditions climatiques difficiles. Les pécheurs britanniques disent qu’un gardon de plus d’1Kg a plus de 20 ans d’âge : il n’y en a donc pas à Pareloup. / Mise à jour mai 2011 erreur il y en a même des plus gros à voir dans cet article.

Anse de Saint Martin des Faux
Les accès suivant le niveau du lac :

  • le lac est haut : accès difficile de nombreux chemins communaux sont en friche. De nombreux chemins sont fermés par les riverains. La végétation de bordure très dense empêche le cheminement le long des berges. Ici vous ne pêchez pas ou vous voulez, à moins de posséder une barque.
  • le lac est bas : les berges en pente douce, découverte des eaux, permettent de circuler facilement devant la végétation dense des berges, à condition de pouvoir y accéder.

Le problème des accès est lié à la propriété : EDF est propriétaire du foncier immergé mais aussi d’une bande de plus ou moins 5 m de terrains à la périphérie du lac à sa côte maximale. Or il est fréquent de voir les riverains s’approprier ces terres qui ne leur appartiennent pas, certains agriculteurs n’hésite pas à labourer jusque dans le lac !.

Plus généralement le problème des accès à Pareloup est lié à trois facteurs importants :

  • La défaillance des communes en matière de gestion des chemins et de leur devoir de faire respecter la loi littoral.
  • La pression agricole sur ces terres à fort revenu (zone de production du Roquefort) ou chaque m2 est optimisé.
  • Les riverains agrippés à leur lopin de terre, coupables de ne pas laisser d’accès aux berges, chacun rivalisant d’originalités dans la confection de leurs pancartes PROPRIÉTÉ PRIVÉE

Accés aux berges du lac de Pareloup

+ d’info sur ce thèmeavec en prime en fin de page un commentaire d’un touriste frustré

Le paradoxe malgré les 130 km de berges de ce lac : que ce soit pour la baignade ou la pêche : les places facilement accessible sont rares.

Type de pêche – pour quels poissons : où et comment pêcher ?

Ici c’est le royaume des pêcheurs de carnassiers, car le lac est bien peuplé de ces poissons, mais aussi parce que la très grande majorité des pêcheurs locaux les recherchent spécifiquement.

La pêche des poissons blancs :

la période de pêche est assez restreinte au regard des conditions climatiques : du 15 mai au 15 octobre, 5 mois où la pêche est assez fructueuse avec une période plus calme fin août en raison de la chaleur.
Brèmes, Gardons, Rotengle, Tanches, voila ce que vous toucherez dans ce lac.

Brème de PareloupLes brèmes : Voici l’espèce dominante du lac. Pour s’attaquer à la grosse brème entre 2 kg et 2,5 kg, il faut pêcher au feeder assez profondément plus de 6m. Elles sont présentes au moment de la reproduction dans le fond des baies puis reculent progressivement vers les hauts fonds. Plus haut dans l’article je vous parle «des générations d’individus» et les brèmes de ce gabarit deviennent de plus en plus rares et plus difficiles à attraper car de nouvelles générations plus petites ont tendances à les repousser de plus en plus loin du bord.

Les gardons : sont de belle taille 20 à 25 cm ce sont eux qui répondent les premiers. De nombreux hybrides brèmes – gardons qui sont encore de taille moyenne (1 kg)

Les Rotengles : voici une espèce qui à semble tiré son épingle du jeux. De beau spécimen ne sont pas rares et les surprises non plus. Là aussi quelques hybrides.

 

Tanche de PareloupLes tanches : elles sont superbes, mais finalement plutôt rares. 2 kg en général et très combatives.

 

 

 

 

Carpe de PareloupLes carpes : des carpes moyennes très discrètes avec plutôt des carpes communes de 10 kg. Pour les attraper il faut les rechercher spécifiquement.

 

Et des écrevisses en très grande quantité qui n’hésitent pas à venir vous pourrir votre coup!

les techniques de pêche :

Ici inutile de trop finasser la pression de pêche sur ces poissons blancs est nulle et l’amorce n’a pas besoin d’être trop recherché.
Le feeder permet de pêcher partout et ce malgré le vent, même si parfois le lac, dans les partis dégagés, est complètement impêchable et ce quelque soit la technique employée. Du bord il faut pêcher profond ( > à 6m).
L’anglaise au coulissant bien sûr mais aussi dans le fond des baies avec de belles parties de pêche en début de saison au waggler fixe. Mais aussi pour rechercher spécifiquement les Rotengles.
De façon générale les poissons se tiennent sur des postes régulièrement péché et amorcé. Ce genre de coins est l’assurance de prendre du poisson facilement et rapidement. Mais là aussi ces secteurs sont rares et ce principe ne se vérifie qu’a de rares endroits, comme par exemple dans la baie de Salles Curan.

Anse de Salles-Curan au lac de Pareloup

La configuration de ce lac avec de nombreuses baies, des secteurs sauvages et variés en font un lieux unique pour la pêche. Il faudrait une vie de pêcheur pour le connaître dans tous ses recoins.

Pour continuer la visite de ce Lac :

A propos Vincent Hurtes

Pêcheur passionné je partage ma passion sur le site peche-feeder.com depuis 2010 / Journaliste pour le magazine "La Pêche et les poissons" depuis 2014. Capitaine adjoint de l'équipe de France de pêche au feeder --- Contact

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *