Pêche au feeder sur le fleuve Ebre en Espagne : photos et vidéo.

Après vous avoir présenté le lieu de pêche : le lac de Riba Roja sur le fleuve Ebre en Espagne. Voici le récit de notre petite expédition ibérique à la recherche des spécimens de gardons qui peuplent ce lac.

2,5 jours de pêche au feeder sur le très vaste lac de Riba Roja. La pêche s’est déroulée sur un des affluents de l’Ebre : La Mataragna à proximité du village de Fayon. Nous avons profité des superbes aménagements de ces berges pour nous installer confortablement. Nous avons choisi de pêcher l’ensemble du séjour sur la même place afin de profiter au maximum de nos amorçages pour faire rentrer les plus beaux poissons sur notre coup.

gardon-ebre-espagne-05-feeder

La belle pêche de gros gardons du 2ieme jour

Specimen de gardons invasifs

Le lac de Mequinenza et le lac de Riba Roja ont une réputation exceptionnelle pour la pêche et surtout la pêche du carnassier. Mais ces très grands lacs abritent aussi une population de gardons assez incroyable :

  • D’une part, car les très gros spécimens de plus de 1kg ne sont pas rares !!!
  • Et d’autre part (ceci explique peut être cela) car ce sont probablement les eaux les plus méridionales à accueillir cette espèce de cyprinidé. La densité de poissons est phénoménale à tel point que cette espèce, ici étrangère, a un comportement invasif comparable à celui des poissons chats dans nos plans d’eau. En Espagne, le gardon est classé comme une espèce nuisible (voir ici)
gardon-ebre-espagne-04-feeder

Specimen de gardon de Riba Roja

Mission impossible

Pendant ces 2,5 jours nous avons été confronté à des conditions de pêche très difficiles :

  • un vent extrêmement violent de coté
  • de nombreux herbiers encore très denses en ce début d’automne. Certains bien cachées au fond de l’eau, et d’autres en dérive, poussés par le vent.
gardon-ebre-espagne-07-feeder

Vent violent et algues nous ont compliqué la tâche

Gros Gardons au feeder

L’objectif est de prendre de très gros gardons avec une pêche au feeder active. Pour cela nous avons procédé à un amorçage préalable du coup avec des graines : maïs, chènevis et blé. Les 2 jours et demi nous avons pêché aux mêmes places pour profiter sur la durée de notre amorçage. Une stratégie avec laquelle nous espérons faire rentrer sur le coup les plus beaux spécimens.

gardon-ebre-espagne-01-feeder

Amorçage de départ à l’aide d’un spomb avec des graines de maïs, chènevis et blé

Vidéo : Pêche au feeder des gardons de l’Ebre

Jour 1 : Prise de contact

C’est sur les superbes aménagements du « Coto deportivo » de Fayon que nous avons installé notre matériel. Le vent complique la pêche, et il nous accompagnera avec la même violence pendant toute la durée du séjour. La pêche du jour est plutôt décevante tant en quantité que par la taille des gardons pêchés. A la tombé de la nuit, avant de quitter les lieux, 2 coup sont amorcés dont un à plus de 60m de la berge.

Jour 2 : Les gros arrivent au large

Les gros gardons sont rentrés sur les coups pendant la nuit. C’est à plus de 60 m de la berge que les poissons sont les plus gros. Après quelques tâtonnements, les gardons du fleuve Ebre tiennent aujourd’hui leurs promesses et la pêche est prolifique avec la prise de nombreux spécimens de plus de 1kg. La pêche est toujours aussi difficile et usante avec le vent et les algues. Il faut trier les plus gros sujets : hameçon de 10 avec bouquet d’asticot. Nous procédons aussi à un amorçage massif le soir, avant de quitter le poste, mais cette fois à 45m.

gardon-ebre-espagne-06-feeder

Un gros rotengle perdu au milieu des gardons.

Jour 3 : Du gardon, rien que du gardon !

Le dernier jour sera l’apothéose avec une pêche miraculeuse tant sur le plan du nombre de poissons que sur la taille des plus beaux sujets. Le plus gros gardon sera pour Dominique avec 1,4 kg tout de même. Une petite déception persiste dans ce beau tableau : les carpes et carpeaux qui peuplent ce grand lac n’ont pas répondu à nos avances.

Dans le lac de Riba Roja il y a de plus gros gardons que ceux que nous avons attrapé, c’est une certitude. Nous y retournerons à une autre saison, avec des conditions plus clémentes pour chercher à prendre de plus gros spécimens et peut être battre d’autres records.