Classement du championnat du monde de pêche au feeder qui s’est déroulé à Gent en Belgique le 7 et 8 juillet 2012.

Un championnat du monde est forcément un espace d’innovation et d’excellence pour n’importe quelle discipline. Les pêcheurs compétiteurs et les passionnés ont les yeux rivés sur cet évènement pour supporter leur équipe nationale.

On attend de ce sommet mondial de nouvelles évolutions en terme de stratégie de pêche et de matériel qui seront reprisent par l’ensemble des pratiquants. Dans le même ordre d’idée que : “la performance d’une formule 1 a des répercussions sur la conception de votre voiture.”

Le parcours est le bassin de sports nautiques de Gent :

le fond est régulier, peu profond et le plan d’eau est peu large 60 – 70 m. C’est un bassin où se déroule très régulièrement des compétitions de pêche au coup et les poissons sont devenus extrêmement méfiants. Un parcours qui a semble t-il retenu l’attention des organisateurs plus par sa régularité reconnu, que par la variété des stratégies de pêche au feeder qu’il pouvait susciter.


Agrandir le plan

je n’étais pas sur les lieux, je vous propose donc une simple présentation des résultats. Les réseaux sociaux et notamment Facebook m’ont permis de suivre ce championnat du monde en temps réel. J’ai essayé de vous faire vivre aussi cet évènement sur ma page Facebook au fur et à mesure que les informations arrivées jusqu’à moi.
Voir les albums photos 12345678

podium-championnat-monde-feeder

Photo : Tibor Ambrus (www.horgaszklub.eu)

Classement par équipe du championnat du monde de pêche au feeder 2012

Téléchargez le classement complet en PDF

Téléchargez l’analyse technique de l’équipe de France

 

Des Différences d’intérêt et d’engouement notables.

Un championnat du monde, c’est aussi l’occasion de percevoir la place que prend cette displine dans chaque pays.

La  Hollande, l’autre pays du feeder.
Les hollandais pêchent au feeder en compétition depuis longtemps. Le quiver est autorisé dans les compétitions classiques, les concours open tendent à se généraliser. Etant données les configurations des cours d’eau de ce pays, beaucoup de compétiteurs ont délaissé les autres techniques pour se consacrer exclusivement au feeder (ce qui n’est pas non plus l’idéal).

Les Hongrois s’intéressent à cette technique depuis très longtemps aussi et dans un pays où la pêche au coup de compétition est très vivace, cette technique a trouvé des portes drapeaux de renom. Depuis l’ouverture de peche-feeder.com, je vous propose sur la page de liens de visiter un site Hongrois haldorado.hu, c’est celui de Döme Gábor membre de l’équipe hongroise  et 14 ieme au classement général. Il est une véritable star de la pêche dans son pays.

Dome Gabor pêcheur hongroi

Je ne m’étendrai pas trop sur le cas des Anglais qui ont l’immense avantage de compter plusieurs pêcheurs de compétions professionnels dans l’effectif de leur équipe.

Les Allemands concèdent une décevante 10ieme place. Surprenant pour cette nation qui compte parmi les meilleurs spécialistes de la discipline : Michael Zammataro, Michael Schlögl …

Nous ne sommes qu’au début des compétitions, et les contours de l’élite internationale est encore très flou… Ce n’est pas le championnat du monde de l’an prochain en Afrique du Sud qui va nous aider à y voir plus clair. L’édition 2013 risque fort d’être amputée de plusieurs équipes qui feront l’impasse pour cause d’un budget déplacement déraisonnable. On imagine aussi une pêche des antipodes atypique pour nos compétiteurs européens, sans vraiment d’enseignements à en tirer.

La france est à sa place ?

La france finit à la 11ieme place sur 22 nations engagées. Le premier Français se classe 33ieme.
Ce n’est que le 2 ieme championnat du monde, la 1ere division Quiver n’a livré pour l’instant que 2 champions de France et la 2ieme division vient de vivre sa première édition. Nous avons du retard, mais il faut rester confiant en l’avenir. La pêche au feeder est en plein essor et beaucoup s’y intéresse, s’y passionne. Les statistiques de fréquentation de peche-feeder.com sont là pour en attester (merci).
Comme avait pu l’évoquer David Ewing dans un numéro de infopêche : les pêcheurs français ont à leur disposition un grand nombre de configuration pour pratiquer la pêche au quiver : grand lacs, fleuves, rivières, canaux, étangs, gravières etc etc … leur progression en sera facilitée. Et parmi l’élite qui se dessine déjà, nous aurons des spécialistes pour tous ces types de parcours.

> A lire le témoignage du capitaine de l’équipe de France Bernard Bodineau.

Alors comment accélérer les choses ?

Peut être en donnant à la pêche au feeder plus de place dans nos concours de pêche ?
En France, la pêche au feeder vit actuellement le même syndrome que celui qui a touché la pêche à l’anglaise lors de son apparition sur le territoire. Les organisateurs de concours sont encore retissants à faire cohabiter le feeder avec les autres techniques de pêche au coup. Autoriser le quiver dans certains de nos concours permettrait de mieux faire connaître cette technique et de bien juger ses avantages et ses limites par rapport à d’autres disciplines. Ce sera aussi la meilleure des vitrines.