Pleins, creux, sur un élément, deux etc… Choisir le bon élastique intérieur pour équiper sa grande canne n’a jamais été une mince affaire. Une fois n’est pas coutume, pour être efficace, je vous conseille d’aller au plus simple.

Pleins ou creux ?

Il y a peu encore, on ne se posait pas la question. Tous les élastiques étaient conçus dans un caoutchouc plein. Mais aujourd’hui, avec l’explosion du phénomène « carpe au coup », on ne peut plus faire l’impasse sur les modèles creux. Plus solides, plus extensibles, plus résistants surtout dans les gros diamètres, ils sont incontournables quand il s’agit de traquer les gros poissons sur des montages relativement fins. Mais cela ne veut pas dire que les pleins puissent être remisés au placard. Bien au contraire, les deux sont complémentaires. Alors comment choisir ? C’est bien simple, sous 1mm il n’existe pas de creux et cela serait inutile. Donc de 0.6 à 1mm, je n’emploie que des pleins et au-delà, que des creux. Ainsi je ne me pose pas de questions inutiles.

Question longueur

Le deuxième paramètre à définir est la longueur utile d’élastique au repos. Il faut savoir qu’un latex de bonne qualité, sous une tension maximale, va s’étendre de 6 à 7 fois sa longueur initiale. Cela vous donne une idée des possibilités. L’avantage de monter un élastique plutôt long ne tient pas seulement dans ses facultés d’extension, c’est aussi une question de souplesse. Il va s’expulser beaucoup plus librement dès le ferrage et vous pourrez déboiter quasiment sans vous soucier de la direction que prend le poisson. Pour que l’opération se déroule dans les règles, il faut accepter de sacrifier quelques centimètres de carbone. En effet, ménager un orifice de sortie important au niveau de votre scion, va rigidifier cette extrémité et permettre à l’élastique de glisser à merveille.

montage-elastique-peche-au-coup-4

Un scion qui plie trop, ce sont autant de frottements internes à la paroi qui se créent et freinent la bonne marche du système. Encore une fois, pour ne pas me poser de questions, je coupe tous mes scions à la même longueur afin d’obtenir un orifice interne de 2.8mm. Cela peut paraître énorme, mais cela couvre tous mes besoins. Si vous n’utilisez pas d’élastique supérieur à 1mm, 2.2mm d’orifice sont largement suffisants. Il faut que l’angle qui se forme entre le scion et le flotteur au moment du ferrage laisse tout le champ libre à l’élastique de faire son boulot et pour cela, pas d’autre choix que de couper !

Rapport hameçon / élastique

La plupart des décrochages de poissons se produisent au moment du ferrage. Cela est souvent dû à un mauvais rapport entre la diamètre et tension de l’élastique et choix de l’hameçon (taille et force du métal). Si le rapport n’est pas respecté, même si au ferrage vous ne décrochez pas, il est fort probable que la décroche se produise peu de temps après, voire à l’instant fatidique de mise à l’épuisette.

  • Elastique trop tendre et hameçon trop fort = l’hameçon ne va pas pénétrer suffisamment la chair,
  • Elastique trop fort et hameçon trop faible = l’hameçon va plier sans même que vous vous en rendiez compte, la chair du poisson va s’abîmer sous la pression du ferrage et c’est un décrochage assuré.

montage-elastique-peche-au-coup-3

Mes choix

Une fois ces paramètres établis, parlons de choses concrètes. Mieux que de longues phrases, voici un petit tableau récapitulatif sur les mes choix. Il est vrai que j’utilise un grand panel d’élastiques, mais c’est aussi parce que je rencontre des situations très variées. Pour choisir le ou les vôtres, il suffit de jeter un œil aux styles de pêche que vous rencontrez le plus souvent. Cela pourra peut-être vous aider !

Espèces Petits poissons Gardons – plaquettes Gardons-brèmes Brèmes en rivière Barbeaux-carpeaux-brèmes Carpes jusqu’à 5 kg Grosses carpes
Diamètre d’élastique en mm 0.6 0.8 0.91 à 1mm 1.3 à 1.5 creux 1.8 creux 2.3 creux 2.5 et +
Longueur en mètre 1.50 1.50 1.50 2.80 2.80 2.80 2.80 avec réserve
Diamètre de nylon 6 à 8/100ème 8 à 12/100ème 10 à 14/100ème 12 à 16/100ème 14 à 16/100ème 16 à 18/100ème 18 à 20 et +

Entretien

Pour préserver l’intégrité de vos caoutchoucs et éviter les casses prématurées, je vous conseille de faire sécher vos scions après chaque partie de pêche. Veillez aussi à ne pas les exposer trop longuement au soleil. Avant chaque partie, observez les quelques centimètres placés sous le connecteur, c’est à cet endroit que la pression du ferrage s’exerce le plus. N’hésitez pas à l’éliminer en cas de doute. Pour ne pas avoir à remplacer tout le dispositif trop fréquemment, je vous conseille de recourir à un cône à échelle. Cette petite réserve vous permettra de remplacer les quelques centimètres très facilement, mais aussi d’adapter la tension de votre élastique en fonction des conditions.

montage-elastique-peche-au-coup-2

Un cône à échelle s’ajuste facilement à tout diamètre de scion et porte-scion, il se déloge en un clin d’oeil avec son extracteur et vous pouvez régler la tension à votre guise.

 

Lubrifiant

Sortis d’usine, les élastiques sont revêtus d’un lubrifiant. Ce dernier n’est pas éternel et les éléments (eau, vent) en viennent vite à bout. Pour conserver une glisse parfaite et empêcher que l’élastique ne pendouille au bout de votre scion, je vous conseille de le lubrifier régulièrement, soit avec un spray spécialement étudié, soit plus économique, avec un mélange composé de 2/3 d’eau et 1/3 de liquide vaisselle le plus doux possible, pour éviter qu’il n’agresse lui aussi le caoutchouc.

montage-elastique-peche-au-coup-1

Avec le bon élastique, à vous les grosses bourriches !