Débuter en pêche au feederGrande CanneMilieu aquatiquePêche au coupPêche au feeder & quiver tipReportage de pêche

La santé à la pêche : comprendre les risques de la pratique de ce sport

Loin des clichés de la personne assise et statique au bord de l’eau à « attendre » et contrairement à ce que certains pourraient dire, la pêche est un sport et l’on peut le pratiquer à haut voir très haut niveau.
Ne doutez pas-des efforts que certains pêcheurs peuvent fournir ni de l’énergie qu’ils consomment, tant au niveau du corps que de l’esprit. Toutefois, même sans pratiquer forcément la compétition, il faut garder la forme physique et mentale afin de s’épanouir dans son sport ou tout simplement, son hobby.

Etes-vous à jour de vos vaccins ?

En bon pêcheur, vous êtes à jour de vos vaccins DTP (diphtérie, tétanos, polio). En effet, si vous avez peu de chance d’attraper la diphtérie et la polio à la pêche, le tétanos en revanche, est un risque à ne pas négliger. Ce dernier peut se contracter à travers des blessures (hameçons dans les doigts, épines de poisson, griffures en passant dans les végétaux etc …).

Installation ergonomique et condition physique

A la pêche, il faut avoir l’esprit à ce que l’on fait. Parfois, l’on est vraiment en bordure de hauts fonds ou de courant et il peut être dangereux d’y tomber. Il tient donc d’être dans de bonnes conditions psychiques et en possession de ses capacités cognitives afin de laisser s’épanouir le plaisir de la pêche, le sport.
Rien n’est pire que de rester assis plusieurs heures en étant de travers ou en devant se baisser pour prendre son épuisette !

> Voir ici l’article sur la préparation physique pour la pêche de compétition.

Il est primordial de s’installer confortablement au bord de l’eau et d’avoir tout le nécessaire à portée de main pour ne pas avoir à se contorsionner et ainsi protéger ses articulations, ses vertèbres et son dos !!!
Si l’on doit parcourir un long trajet avant d’arriver sur le site de pêche, il faudra aussi considérer la fatigue du voyage. L’alimentation devra être saine et régulière, l’hydratation sera primordiale.
Un échauffement avant de démarrer la session est préférable afin d’éviter tout désagrément de type courbature ou tendinite. Enfin, si l’on suit un traitement médicamenteux, il faut l’amener lors de longs déplacements afin d’en garantir l’observance.

> Voir ici l’article sur l’installation au feeder

les organismes, autres plaisirs de l’eau et ses occupants …

Nombre de « petits trésors » peuvent causer des désagréments !
En effet, le traitement des eaux usées reste axé autour de filtrations mécaniques, centrifugation et autre lagunage (nous reviendrons vers celui ci plus loin), la sédimentation faisant son oeuvre dans les cours d’eau.
Ainsi dans des eaux paraissant limpides, l’on peut retrouver des traces de bactéries, bacilles ou parasites, peu recommandables tels que des Enterobacters, Cyanobactéries, Escherichia Coli, des vers et autres staphylocoques etc …

proteger-du-soleil--et-bottes
Installation dans l’eau en cuissarde.

N’oublions pas non plus les zoonoses (pathologies animales transmissibles à l’homme), telles que la leptospirose, maladie véhiculée par l’urine de rat et qui peut être contractée au travers d’une plaie en contact avec cette bactérie et Le fait de rentrer dans l’eau sans protection reste risqué suivant la qualité des eaux si vous êtres porteur de plaies ouvertes.

Dans un autre registre, il nous faut aussi considérer l’utilisation des appâts et autres esches.
En effet, les amorces doivent respecter un cahier des charges et ne sont pas destinées à la consommation humaine, donc non comestibles. Les asticots, comme vous le savez sans doute, sont élevés sur des carcasses animales pourrissantes. Et que dire du fouillis tiré de lagunage ou de vers de vase issus de la sédimentation des boues et donc concentrés en organismes pathogènes….

> Voir l’article sur la récolte du fouillis de vers de vase.

Fouillis vers de vase
Fouillis vers de vase

Pas d’alarme ou de drame, il ne vous est sans doute jamais arrivé rien de grave. En effet, il ne nous viendrait pas à l’esprit de boire l’eau des cours d’eau ou de laver vos aliments avec celle-ci sans analyse préalable. Et même, vous n’avez sans doute pas pour habitude de vous lécher les doigts après avoir saisi des larves d’asticots, fouillis ou vaseux. L’utilisation d’une solution aseptisante permet de limiter les germes et vous protège. Vous l’avez saisi , les précautions suffisent dans la majeure partie des cas !

Pas de problèmes sous la pluie.

Les agression climatiques du milieu

A la pêche, il faut savoir se protéger du froid efficacement, et ne pas être mouillé quand les températures sont basses. Boire et manger chaud est important. La pluie peut être elle aussi une ennemie si vous n’êtes pas abrités, et je ne vous parle pas de la foudre, qui si elle est présente doit impérativement vous imposer un arrêt de la pêche. Quand au soleil, lui aussi impose des dispositions afin de ne pas en pâtir.
En effet, il est nécessaire de bien s’hydrater lors de fortes chaleurs et le mieux reste de quantifier les apports hydriques qui doivent être plus importants (celles et ceux qui suivent un traitement diurétique doivent demander conseil à leur médecin quand à la quantité d’eau qu’ils doivent consommer en plus, ou pas…) qu’à d’habitude.

vêtement-anti-uv
vêtement anti-uv pour une protection efficace contre le soleil.
Chapeau, lunette de quoi pêcher incognito ... et se protéger du soleil.
Chapeau, lunette de quoi pêcher incognito … et se protéger du soleil.

Lors de grand soleil, les ultra violets sont dangereux. Nous ne sommes pas égaux face au rayonnement et chacun de nous a son propre phototype (consultable depuis la liste des liens utiles en bas de page) et chacun de nous a une quantité admissible d’UV durant son existence.
Certaines personnes suivent des traitements médicamenteux ayant pour effet indésirable une photosensibilisation, ils doivent prendre conseil auprès de leur médecin et se protéger plus particulièrement.La peau n’est pas la seule à être agressée par le rayonnement, les yeux aussi, d’autant plus que la réverbération due à la lumière sur l’eau intensifie son effet.

Il est facile de se protéger, toutefois les normes de filtration des vêtements anti UV n’existent que pour les tenues professionnelles et une certification (souhaitons que le législateur français fasse son oeuvre afin de garantir la sécurité sanitaire des français) existe pour les autres types de vêtements. Certains fabricants ont saisi le vaste marché de la protection et vous pourrez trouver des vêtements anti UV abordables. Sachez que là c’est l’indice de filtration qui est la référence. En effet un indice de UPF 50 (facteur de protection UV) signifie une filtration des rayons UV supérieure à un autre produit UPF 40 et ce, même quand le tissu est mouillé.

Pour les lunettes, préférez là aussi un indice de protection élevé.

Se protéger reste facile !

La crème solaire doit être appliquée suivant les recommandations du fabricant, porter une tenue couvrante ne laissant pas passer les uv, la pluie ou le froid avec des vêtements qui cachent aussi le cou et des chapeaux qui abritent les oreilles, porter une bonne paires de lunettes, vous équiper de bottes si vous devez aller dans l’eau, prévoir de la solution hydro alcoolique afin de vous laver les mains.

Je vous vois venir et crier au loup suite à ce que vous avez lu . N’ayez crainte, les lignes au- dessus n’ont pour dessein que de vous informer. Savoir, c’est comprendre et rester vigilant.

David Charmillon

David Charmillon alias Mister à peu près. Amateur de pêche et d'aquariophilie dulçaquicole durant des années. La pêche c'est bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.