Espèce invasive introduite en france depuis plus d’un siècle, le poisson-chat a colonisé l’ensemble de l’hexagone. Il s’est acclimaté presque partout : lac, rivière, étang, hormis dans les régions froides et en montagne. Son comportement et son mode de reproduction rendent cette espèce étrangère particulièrement prolifique. Certains étangs en sont complètement infesté. Les poissons-chats sont capables de déstabiliser durablement un écosystème.

Un poisson destructeur de coup

Avec un régime alimentaire omnivore, le poisson-chat mange de tout, et avec de telles populations, cela pose aussi un problème aux pêcheurs de gros poissons tels que les carpistes. C’est ce qu’a voulu nous montrer ce pêcheur de carpes, Cédric Plumez dans cette vidéo. Il commence par placer son montage : une grosse bouillette avec un sac soluble remplit d’amorce. Il continu avec quelques bouillettes. Un amorçage précis et minutieux où chaque appât est placé avec précision, de quoi séduire à coup sur une belle carpe. Puis arrivent les poissons-chats … Une frénésie alimentaire impressionnante qui ne laissera rien sur le coup préparé par le pêcheur.

Au vue de ces images, on imagine aussi très bien les dégâts que peuvent faire les poissons-chats sur un coup amorcé avec un feeder. Un coup formé avec une faible quantité d’amorce et d’esches.

eviter-poissons-chats

Eviter les poissons-chats

En compétition, toutes les espèces de poissons peuvent être prises pour cible afin de réaliser le meilleur score. Dans certains plans d’eau, les poissons-chats sont tellement présents, que le compétiteur n’a pas le choix et doit pêcher ces poissons pour avoir une chance de figurer au palmarès. Cela était le cas, par exemple, lors de la première division de pêche à la plombée 2012 avec la victoire de Elie Monatlik. La pêche au quiver n’est pourtant pas la meilleure arme pour pêcher ce poisson atypique qui pique (ils ont des épines situés dans les nageoires dorsales et pectorales).

A l’inverse, il arrive fréquemment que l’on soit obligé d’éviter les poissons-chats, et de sélectionner des poissons plus gros. Dans ce cas, la stratégie de pêche et le choix des appâts doit permettre au pêcheur de trier les poissons : prendre peu ou pas de poisson-chats et sélectionner les poissons plus gros qui vont rapporter plus de points. Sur ces éléments de stratégie, les hypothèses vont bon train et on entend de tout au bord de l’eau.

La question, je vous la pose :

 Comment éviter les poissons-chats ?

Le poisson-chat est une espèce nuisible, son éradication est recommandé.