Accueil / Reportages de pêche / Espagne / Feeder en Extremadura #2 : le lac de Orellana

Feeder en Extremadura #2 : le lac de Orellana

 Deuxième épisode de notre périple dans le sud de l’Espagne.

Retour en Extremadura (Estrémadure en Français) pour aborder le lac le plus connu de cette région, le grand lac de Orellana, plus de 5000 ha de superficie. Orellana, voici un nom qui fait rêver tous les pêcheurs de carnassiers. Ce lac abrite des brochets énormes et une très belle population de black-bass. Il attire les pêcheurs de toute l’Europe, c’est le point phare de la pêche en Extremadura. Même si il y a beaucoup de grands lacs à proximité, Orellana a l’avantage d’être un des plus ancien et celui où le tourisme pêche s’est développé en premier. Ce réservoir a été créé en 1961 pour subvenir aux besoins en eau de la plaine de la Guadiana grâce à un important réseau de canaux qui irrigue toute la région.

Pêche de carnassiers à Orellana Estrémadure

Avant de partir pêcher ce lac incontournable, nous avons tenté de prendre des informations auprès d’un pêcheur de carpes local. Ça réponse fut assez radicale :

“Orellana c’est tout bon ou tout mauvais ! A votre place je n’irai pas et puis je n’ai jamais vu personne pêcher au feeder dans ce lac !”

embalse-de-orellana-peche-panoramique

Mais on ne vient pas pêcher en Extremadura sans s’arrêter à Orellana ! Si personne n’a jamais pêché au feeder ici, ce n’est pas un argument négatif mais plutôt une source de motivation. Force est de constater que nous aurions du l’écouter et économiser cette journée pour la consacrer à un autre lac plus facile à aborder. Mais imaginons que nous ayons fait l’impasse sur ce mythe, nous serions rentrés en France en gardant le regret de ne pas avoir affronté Orellana et sans savoir quel aurait été le sort de cette pêche.

Pêche au feeder lac de Orellana

Nous sommes au mois d’avril et le lac est très haut, la campagne d’irrigation n’a pas commencé et les canaux sont vides. Les Eucalyptus qui bordent les berges sont noyées et interdisent souvent de s’installer sur la berge. Difficile de trouver un lieu qui corresponde à notre technique de pêche : pas trop profond et accessible. Les eaux sont très claires et il nous semble aussi plus judicieux de dénicher un poste où nous pouvons pêcher par 5m de fond minimum.

embalse-de-orellana-peche--50
Eucalyptus les pieds dans l’eau.

Un véritable bredouille, pas une touche dans un lac rempli de poissons !

Durant la journée, on voit de nombreuses chasses de black-bass à proximité de la berge sur les bancs de Boga (sorte de vandoise espagnole). Au large, à plusieurs centaines de mètres de la berge, on perçoit les sauts de grosses carpes en pleine fraie. Inutile de chercher des explications alambiquées, notre manque d’expérience sur ce lac ne nous mènerait qu’a des conclusions farfelues. Présenter une journée de pêche qui se solde par un capot, ce n’est pas très excitant mais on ne peut pas aborder la pêche en Extremadura sans parler de Orellana : c’est chose faite. Comme nous l’a annoncé notre pêcheur Espagnol, aujourd’hui “c’est tout mauvais” 🙁

Canne feeder Rive R-230
Pas une touche !

cigogne-extremadura-orellana-peche--55

Belles Cigognes

Alors sans touches, sans activité au bout d’un moment, on se concentre d’avantage sur les paysages que sur sa pêche. En Extremadura, les cigognes sont présentes partout et en grand nombre. Tous les poteaux électriques sont occupés par un nid. Au bord de notre route, on a même dénombré une trentaine de ces gros nids sur un seul bâtiment agricole. La cigogne est un grand oiseau qui ne passe pas inaperçue et pourtant dans la région, elles cohabitent en toute quiétude avec les activités humaines. En voyant ces très grands échassiers évoluer librement dans la campagne, nicher sur les infrastructures et certains bâtiments, je ne peux m’empêcher d’imaginer comment cela serait perçu en France. Dans notre pays, on ne peut dissocier le terme de “nature” de celui de “gestion” et je me dis qu’il aurait été trop tentant de voir une espèce animale se développer à ce point sans vouloir “gérer” sa population. Alors que l’exemple de la campagne d’Extremadura est celui du “vivre ensemble”, de la cohabitation ! Les cigognes sont belles, elles donnent à ces paysages arides un exotisme fou, et en Extremadura on en parle avec beaucoup de fierté !

embalse-de-orellana-peche--1

A voir les autres épisodes de la serie « feeder en Extremadura » sur peche-feeder.com :

Galerie photo :

A propos Vincent Hurtes

Editeur du site peche-feeder.com depuis 2010⎢Pigiste pour le magazine de pêche n°1 "La Pêche et les poissons" depuis 2014⎢Contact

Voir aussi

vincent-hurtes-guru-master-pays-bas

GURU MASTERS compétition de pêche au coup en hollande

Retour sur ma participation au GURU Masters à Spuiboezem Pays Bas Le 11 juin dernier …

6 commentaires

  1. voila un retour de pêche avec de joli clichés que tu nous fais partager merci a toi et bonne continuation a+phil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *