Championnat internationalCompétition & concours

Un championnat du monde en demi-teinte pour le PFC

Le 9 et 10 avril dernier avait lieu le championnat du monde des clubs feeder à Adria en Italie. Le Club PFC Rodez était qualifié comme deuxième équipe pour représenter la France avec celle de la Gaule Laonnoise. Le championnat a réuni 43 équipes sur le parcours du canal Bianco à quelques kilomètres de la mer Adriatique pour concrétiser l’une des plus grandes épreuves internationales de pêche jamais organisées.

C’est le deuxième championnat du monde en 6 mois pour notre équipe après avoir été qualifiée à l’édition précédente en Bulgarie au mois d’Octobre 2021 (voir vidéo ici). C’est un challenge toujours excitant de participer à cette épreuve ultime en équipe. Le plateau est relevé avec toujours des équipes expérimentées à ce niveau qui connaissent les particularités de ce type de championnat précédé par une semaine d’entraînement obligatoire.

Le canal Bianco nous accueille au levé du soleil.

Le scénario du match

L’équipe se compose de 5 pêcheurs et des 4 coachs Christian Serres, Thierry Capdeville, Stephane Garzino et Stefane Baulin.

A l’issue des entraînements nous avons opté pour 3 coups. Un en bordure à moins de 10m, en fonction des accrocs rencontrés et des enrochements. Ce coup est le principal, il est aussi ciblé par de nombreuses équipes. Quand le courant est présent, nous remarquons que les poissons se réfugient en bordure pour profiter du calme. L’autre coup est à une vingtaine de mètres et doit servir à alterner en cas de manque de touches sur la bordure. Enfin le dernier est aussi un coup en bordure … mais sur la berge opposée à 75 m. On est ainsi en mesure de pêcher de beaux poissons à seulement 10 ou 15 m de la berge opposée. Nous avons vu au dernier entraînement qu’il y avait pas mal de touches dans cette configuration mais la distance fait perdre du temps et ce coup ne sera pas forcément rentable si la pêche est dynamique. Il sera aussi très difficile de l’exploiter en présence de courant.

Le PFC Rodez lors des entrainements

Le samedi le tirage au sort réparti les pêcheurs sur les places suivantes:

Jérôme Dochez au Secteur A – seul secteur isolé – au n°31. La pêche a toujours été très bonne durant les entraînements sur ce secteur. Le B C D E sont en enfilade sur une très longue ligne droite. Contre toute attente, cela se révèle très compliqué en ce premier jour de compétition et Jérôme met du temps à trouver ces marques. L’approche est très différente de notre entrainement sur ce secteur le mercredi précédent. Jérôme réussit tout de même à s’adapter et décroche une 14ème place sur 22 avec 1820 points.

Guillaume Bregeat pêche le secteur B au numéro 16. Là encore la pêche est devenue très difficile et Guillaume ne peut mieux faire que 710 grammes de poisson pour une 17ème place. Son secteur débute avec le B1 qui est l’aile amont de la grande ligne droite. Guillaume est logiquement battu par les petits numéros du secteur plus proche de cette entrée de poissons.

Mickael Letscher pêche le secteur C au numéro 26. Il termine ses 5h00 de compétition lui aussi à la 17ème place pour un score équivalent, 720 grammes de poissons.

Vincent Hurtes a le secteur D au numéro 39. Après une demi heure de pêche en bordure à 9m de la berge complètement infructueuse, il décide de tenter sa chance à 75 m pour essayer de trouver des touches. Le premier lancer donne une plaquette. Puis un poisson décroché dans un accroc situé au ¾ du canal. Puis une belle carpe mord à l’hameçon et le combat s’engage. Une montée d’adrénaline mémorable dans une manche de championnat du monde. La bête fait environ 3,5 kg et permet d’envisager les 4 heures restantes plus sereinement. Il termine 4ème grâce à ce poisson bonus avec 4720 points.

 

Gaspard Castet est au secteur E au numéro 5. Il termine 10ème grâce notamment à la prise de deux mulets et un total de 3730 points.

Gaspard Castet

Avec un total de 62 points à la mi temps du championnat l’équipe se classe 2ème. Les premiers sont les Hollandais de l’équipe JWP (déjà champions du monde en Bulgarie l’année précédente) avec seulement 15 points. Autant dire que les dés sont déjà presque jetés et que notre équipe doit maintenant tout donner pour tenter de remonter dans le classement.

Nous procédons à quelques ajustements. Pas d’amorçage massif au démarrage, seules quelques petites cages d’amorce suffiront. Nous changeons aussi notre mix en le simplifiant grandement. Exit la farine de poisson, nous utilisons une amorce brune plus claire, de la Champion Feed Wonder Bronze.

Mi-temps, tirage au sort pour tout le monde.

Malgré tout très peu de changement :
Jérôme Dochez reste sur le secteur A cette fois au numéro 23 où il bat tous ses voisins en pêchant plus loin au ¾ du canal à 45 m. Il se classe brillamment 5ième avec 3550 points. Jérôme termine meilleur pêcheur de l’équipe pour son premier championnat du monde.

Guillaume Bregeat reste au secteur B mais cette fois au numéro 4 plus proche du début du parcours. Lui aussi bat tous ses voisins et même l’aile amont au numéro 1 avec 6600 points. Il termine 3ème du secteur en pêchant à courte distance, 12m.

Mickael Letscher, hasard du tirage au sort, retourne à seulement une place de son poste de la veille au numéro C27. Il se classe 11ème avec 3590 points.

Gaspard Castet aura souffert toute la manche dans le secteur D au numéro 19. Il se classe 18ème avec 1560 points.

Vincent Hurtes est dans le dernier secteur du parcours complètement à l’opposé de l’aile aval au numéro E23. Difficile pour lui de rivaliser avec les grands numéros de ce secteur de fin qui sont plus favorables. Il termine 15ème avec 4040 points.

Sur cette deuxième manche le PFC Rodez marque 52 points de pénalités et est 18ième de la deuxième mi-temps. Cette petite remontée nous permet de nous classer 23ème de ce championnat du monde. Le club termine donc en milieu de tableau alors qu’une nouvelle fois c’est l’équipe hollandaise de JWP Service qui remporte le titre suprême. Le podium est complété par les Hongrois du team Walter Land, déjà médaillés de bronze l’an dernier en Bulgarie. Les troisièmes sont les Autrichiens du team ASV.

Le Bilan sportif

Voilà donc notre deuxième championnat du monde en 6 mois achevé. Malgré le résultat mitigé nous avons le sentiment d’avoir mieux compris la pêche qu’en Bulgarie. Les distances de pêche étaient cette fois correctes et nous auraient permis de mieux figurer si nous avions été dans le coup sur les autres aspects stratégiques. Une compétition internationale de cette envergure est forcément très différentes de ce que nous avons pu vivre auparavant et nous manquons encore d’expérience à ce niveau. Après la Bulgarie nous avons entrepris un gros travail de remise en question sur notre préparation et notre façon d’aborder la semaine d’entrainement officiel. C’est une organisation très spécifique aux compétitions par équipe. Lors des entraînements, elle nous a permis d’isoler des approches qui nous ont semblé intéressantes. Même si les fruits de ces efforts ne sont pas perceptibles dans ce résultat, il faudra persévérer et gagner encore en expérience pour prétendre remonter dans ce classement prestigieux. 23ème reste décevant et le PFC aspire à un autre classement. Il reste du travail et c’est tout simplement le challenge qui nous attend dans les prochaines années en espérant évidemment avoir l’opportunité de se qualifier à nouveau pour cette épreuve.

Une aventure humaine inoubliable.

Si il y a un point très positif c’est bien celui de la cohésion de l’équipe. Les hommes sont soudés, concentrés et sérieux dans leur préparation. L’équipe vit bien ensemble et l’entente parfaite se fait dans une ambiance de franche camaraderie. Un point positif que l’on doit aussi à l’apport des aidants, ceux qui ne pêchent pas mais qui donnent leur temps seulement pour faire en sorte que les pêcheurs soient dans de bonnes dispositions et puissent participer à l’épreuve sereinement. Il faut donc remercier nos accompagnants et coachs, Thierry Capdeville, Christian Serres, Stéfane Baulin pour leur aide précieuse au niveau de l’intendance. Merci aussi à Alain Andrieu qui aurait dû participer à cette aventure et qui nous a aidé à préparer ce championnat. 10 jours en Italie en équipe avec ce club est un régal absolu et tout le monde prend du plaisir à préparer la compétition ensemble.

Le PFC Rodez lors de la cérémonie de clôture du 5ième championnat du monde feeder des clubs.

Un parcours piégeur.

Nous sommes en Vénétie, à quelques km de Venise et de sa célèbre baie. La mer Adriatique et l’embouchure du fleuve Po sont tout proches. Le canal Bianco est a à moins de 4 m d’altitude et l’eau de la mer Adriatique y pénètre sans embâcles. Le fond du canal est salé et son cours soumis à la marée particulière de l’Adriatique. La mer Adriatique est en quelque sorte une baie peu profonde de la mer Méditerranée. La marée faible en méditerranée est ici accentuée et modifiée par la profondeur et la longueur de l’Adriatique. Sans rentrer plus dans les détails, l’Adriatique a son propre cycle de marée avec des amplitudes de plus de 1 m suivant les coefficients. Le canal Bianco suit les appels de cette marée qui tire, refoule le courant et l’eau salée au cours de la journée. Cela donne un courant parfois important qui nous oblige le premier jour d’entraînement à utiliser des feeder de plus de 80gr pour tenir à 30m de la berge. Cette semaine du 4 au 10 avril est aussi particulière dans le calendrier des marées, les coefficients et amplitude sont au plus bas et nous anticipons un week-end plus calme pour le championnat. Du vendredi au dimanche il n’y aura qu’un seul cycle marée haute / marée basse par 24h …. C’était le piège du canal Bianco !

Document de travail pour dompter la marée du canal Bianco.

Encore un grand merci à tous ceux qui apportent leur soutien à nos projets sportifs et nous permettent de représenter la pêche aveyronnaise au niveau international.

Vincent Hurtes

Editeur du site peche-feeder.com depuis 2010⎢Journaliste & créateur de contenus⎢Président du club Pêche Feeder Compétition à Rodez Aveyron⎢Team GURU France⎢Contact

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.