Accueil / Matériel de pêche / Sponsor et pêche au coup : Comment ça marche ?

Sponsor et pêche au coup : Comment ça marche ?

Comment devenir un pêcheur sponsorisé en pêche au coup ?

Je gravite dans le monde de la pêche au coup de compétition depuis un certain nombre d’années. Comme beaucoup de jeunes pêcheurs, gamin, je rêvais à voir et lire les exploits des stars nationales et internationales et « bavais » devant tout ce matériel e pêche que je ne pourrais sans doute pas m’offrir de si tôt. A l’époque, il fallait un palmarès digne de ce nom, une aura, du charisme. Au fil du temps les choses ont changé, les réseaux sociaux ont explosé. Mais le fond du fond lui est toujours le même. Voyons ce qui se cache derrière le mot sponsoring.

Le sponsoring de pêche, qu’est ce c’est ?

Je reçois beaucoup, pour ne pas dire énormément, de questions sur la page Pêche au Coup et sur le site peche-feeder.com pour me demander comment faire pour être « aidé » par une marque. Souvent, c’est très poli. Au bord de l’eau,  j’entends aussi « Ah mais c’est facile pour toi, tu as des marques qui te donnent tout gratos… » Et j’en passe de beaucoup moins agréables.

Un peu d’éclaircissement s’impose donc !

Le sponsoring, à la base, est un contrat par lequel une entreprise finance une activité, sportive dans notre cas, en échange d’une promotion et d’une publicité de sa marque. On parle là de « gratuité » totale de mise à disposition de matériel. En France, il y a très peu d’élus en la matière. Je les connais et ne les citerai pas, il n’y a pas d’intérêt. Chez nous, nous parlerons davantage de partenariat entre pêcheurs et marques (offres promotionnelles, remises, cadeaux etc.) Mais est ce que tout le monde sait ce que ça sous-entend ?

Mon ami anglais Jon Arthur a écrit sur son blog il y a un peu plus de 2 ans un article qui est toujours d’actualité et tout à fait transposable en France.  Il m’a gentiment autorisé à en utiliser la ligne directrice que je vous livre ici et que j’agrémente avec mes propres expériences puisque nous avons exactement le même point de vue. Un mode d’emploi si on veut, mais pour moi c’est surtout un rappel de ce que tout le monde devrait avoir à l’esprit avant d’entamer la moindre démarche.

jon-arthur-sponsor-peche-au-coup-sponsoring-pecheur-4
Jonny Arthur a été tour à tour du magazine Matchfishing et chargé de communication pour le géant anglais Drennan. En plus c’est un redoutable pêcheur. Il connaît par cœur le fonctionnement de la communication moderne dans son pays où la pêche de compétition draine des millions de pêcheurs et de livres. Sa philosophie du sponsoring est du bon sens total.

Vous voulez solliciter une marque ? Comportez vous comme lors d’un entretien d’embauche !

Tout commence ici déjà ! Vous devez être présentable, abordable, propre sur vous, enthousiaste et ensuite vous demander ce que VOUS êtes en mesure d’apporter à la marque (et non pas l’inverse !). Ce n’est pas très compliqué et pourtant les questions qui reviennent le plus souvent sont « comment être sponsorisé par vous ? Comment je peux avoir du matériel gratuit ? ». Il y a des chemins beaucoup plus professionnels que de « liker » à tout va sur Facebook ou Twitter dans l’espoir de se faire remarquer. Jon Arthur cite par exemple un des nombreux messages qu’il reçoit. « J’adore le matériel Drennan. Est-ce que je peux être sponsorisé ? » Imaginez sa réaction s’il ne connaît ni le nom, ni l’âge, ni la provenance ou encore les faits d’armes de la personne. Mais en fait c’est bien plus souvent ce genre de messages qu’il reçoit. « Salut mon pote, y a moyen d’être sponsorisé par Drennan ? »

drenan-sponsor-peche-au-coup-sponsoring-pecheur-5
Très pro ces anglais !

Un peu de correction

Ceci nous amène directement au second point. On ne jettera pas la pierre à quelqu’un qui commet l’une ou l’autre faute d’orthographe, de syntaxe ou de grammaire… Mais au moins, qu’elle prenne la peine d’orthographier correctement le nom de son interlocuteur ou d’épeler justement le nom de la marque qu’elle sollicite et d’écrire de façon compréhensible et intelligible.

mickael-montenot-sponsor-peche-au-coup-sponsoring-pecheur-6
Mickaël Montenot est l’archétype du compétiteur moderne. Il est jeune et a déjà un palmarès éloquent. Il a été champion de France individuel et fais des émules dans les concours et grandes épreuves. Qui plus est il est toujours souriant au bord de l’eau, disponible et partageur. Il sait communiquer, pas étonnant qu’on ait fait appel à lui pour l’équipe de France et pour intégrer l’équipe d’encadrement des moins de 25 ans. Un pêcheur de choix pour représenter une grande marque comme Sensas.

Réseaux sociaux

Jon pense qu’être actif sur les réseaux sociaux peut être très attractif pour une marque. Cela prouve que le candidat est actif, enthousiaste et au fait des techniques de communications modernes. De nos jours, quel que soit le domaine, sport ou professionnel, lorsqu’un employeur a le moindre doute sur une personne, la première chose qu’il fait est d’aller consulter son profil Facebook. Jon cite encore une fois un exemple récent et j’ai vécu exactement la même situation il y a peu. Il a été sollicité par un pêcheur qu’il ne connaissait pas. Il ne lui a pas fallu parcourir son fil d’actualité très longtemps pour constater la quantité d’injures, de propos racistes et de femmes posant à moitié nues. Est-ce là une personne que vous verriez porter les couleurs d’une grande et respectable marque ? Est-ce que vous-même vous sponsoriseriez un tel individu ? Jon connaît d’excellents pêcheurs, au talent et palmarès reconnus, qui auraient peut-être eu une chance sans les propos qu’ils tiennent régulièrement sur Facebook…

Respecter les médias

Les pêcheurs sponsorisés apparaissent régulièrement dans les médias, la presse écrite notamment. En tant qu’ex-éditeur de matchfishing magazine, Jon ne connaît que trop bien les relations étroites entre les publicitaires et les pêcheurs sponsorisés. Alors si certains sollicitent un partenariat, le mieux est d’éviter de critiquer les acteurs et de fustiger les sujets mis en avant dans ces articles quels qu’ils soient. Surtout si la dite-marque fait de la publicité dans ce même magazine.

diego-da-silva-sponsor-peche-au-coup-sponsoring-pecheur-3
On ne présente plus Diego Dasilva. Son palmarès est impressionnant, Champion de France et d’Europe individuel, plusieurs podiums par équipe, c’est logiquement que des enseignes comme Garbolino, dont il a longtemps signé les grandes cannes, et Rameau pour qui il conçoit des recettes d’amorce efficaces, ont choisi ce pêcheur qui a voué sa vie à la pêche, comme fer de lance.

 

Curriculum Vitae

Ceci nous ramène au tout premier point. Si vous souhaitez réellement être sponsorisé, la chose la plus proactive/significative que vous devez réaliser est un CV. Expliquez qui vous êtes, d’où vous venez, ce que vous avez réalisé et ce que vous êtes prêt à faire. Listez votre palmarès, vos coups d’éclats et vos ambitions. Surtout, adressez un exemplaire de ce que vous êtes capable d’écrire. Fournissez des liens vers votre propre blog, chaîne YouTube, profil Twitter et tout ce qui peut intéresser un éventuel sponsor.

Ce serait trop facile d’adresser la même candidature à une multitude de marques. Personnalisez votre demande et montrez ce qui vous intéresse et pourquoi vous choisissez cette marque en particulier. Vous pouvez même proposer des idées que vous jugez bonnes pour le groupe. Ne pensez jamais à ce qu’il peut vous apporter, mais à ce que VOUS pouvez apporter.

lionel-schaeffer-sponsor-peche-au-coup-sponsoring-pecheur-1
Je connais Lionel Schaeffer depuis de nombreuses années. Il ne m’en voudra pas de dire qu’il n’a pas le palmarès des personnes vues précédemment. Néanmoins c’est un pêcheur méticuleux au possible et un bricoleur de génie. Il est sans cesse à la recherche du petit truc pour lui et nous faciliter la pêche. Les vidéos du célèbre Goldfisch ont été vues des milliers de fois et je ne suis pas surpris que son travail ait attiré des enseignes comme Guru et Garbolino pour qui la communication et la visibilité ne sont pas de vains mots.

Restez réaliste

De nombreux pêcheurs sont simplement heureux d’être spectateurs, mais l’appât du gain, du matériel gratuit est sans conteste un facteur de conduite. Cela ne marche pas du jour au lendemain, il faut le mériter ! Bien souvent, la marque va fournir des vêtements, de la bagagerie, éventuellement de l’amorce ou encore des remises tarifaires. Les marques qui sont des entreprises avant tout,  n’ont aucun intérêt à jeter l’argent par les fenêtres. Sponsoriser/partenairiser c’est investir et un retour est TOUJOURS attendu. Vous ne pouvez pas vous contenter de prendre et de fuir ensuite. Plus dur vous travaillerez et plus vous pourrez espérer en retour.

Encore une fois, soyez sûr que le monde de la Pêche en général et au coup en particulier est plus petit que vous ne l’imaginez. Quelques mots lâchés au coin d’une table, dans un bar, au bord de l’eau au sujet de ce que vous avez reçu, ou ne recevez pas, de la part d’un partenaire, fera très, très vite le tour de ce petit monde.

Soyez bon !

Tout le monde a le droit d’avoir des jours « sans », mais si vous essayez d’être sympa, amical, serviable et disponible, vous avez plus de chances de réussir dans la pêche … Entre autres …

dess-ship-sponsor-peche-au-coup-sponsoring-pecheur-2
Il n’existe pas de pêcheur au coup professionnel en France, du moins pas au même sens qu’au Royaume-Uni. Des champions comme Des Shipp sont certes privilégiés au niveau du matériel, de l’implication dans les concepts etc, mais il s’agit d’un véritable boulot où les kilomètres ne se compte pas, les sacrifices en tous genres non plus.

A propos Olivier Wimmer

Pigiste pour La Pêche et les Poissons depuis 2005.Début en compétition en 1987. Participation 2 x à la 1ère division mixte et 6 x à la 2ème. 5 x à la 1ère division moulinet. Membre du club Pêche Compétition Garbolino 67. Voir tous les articles de Olivier

Voir aussi

rouleau-a-deboiter-peche-au-coup-map-6

Rouleau à déboiter MAP : un rouleau bourré d’astuces !

Au regard de l’investissement financier que représente l’achat d’une grande canne au coup, s’il est …

5 commentaires

  1. Bonjour.
    J’ai eu le bonheur de faire beaucoup de compétitions (tir à l’arc en parcours de chasse). Étant trés méticuleux et passionné, j’ai réussi à décrocher 6 médailles d’or, 5 fois champions de France et puis champion d’Europe.
    J’étais sponsorisé par une grande marque Américaine d’archerie, ayant le feu vert total sur tout ce que je voulais.
    Je réagi et approuve ce que vous dites au sujet de la personne que s’attend à avoir une marque digne de ce nom. A savoir « si possible disons » un gars ouvert, sympa avec tout le monde, et sachant partager son savoir sans retenu. Bien entendu son niveau technique et ses performances encourageront la marque.
    Perso j’avais la réputation d’être sympa avec tout le monde, souvent on me disait « Patrick tu es Le champion et tu ne changes pas, tu restes toujours un gars simple et gentil avec tout le monde ».
    Ben oui pourquoi devenir désagréable, c’est jamais qu’un sport, certes ou on a la chance d’exceller, mais il faut toujours ce dire qu’un jour ou l’autre il peut y avoir plus fort que soi.
    Je pense qu’un champion « un vrai » est quelqu’un d’effacé et discret, il n’a nul besoin de toujours ce faire remarquer, en tout cas ceux que j’ai croisé avaient ce profil, disons qu’ils ont un certain équilibre.
    Vous avez raison d’évoquer Lionel Schaeffer, ce gars la transpire la sympathie et est trés agréable, son niveau technique va de pair.

  2. Bonjour,super article merci du temps consacré a ces explications.

    Mathieu

  3. Super Article, qui remet bien le concept. On a rien sans rien, et pour certain arriver à ce niveaux je n’imagine pas les sacrifice qui on du faire (loin de la famille …).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *