Accueil / Reportages de pêche / Angleterre / Festival d’hiver Garbolino – White Acres – Dernière manche

Festival d’hiver Garbolino – White Acres – Dernière manche

Dernière épisode de pêche de mon premier festival anglais. J’aurais mis du temps à tout écrire, mais pour celui-ci, j’ai pris encore plus de plaisir à le revivre.

Un étang atypique

Pour la dernière manche de la semaine, rendez-vous à Pollawyn, appelé aussi Match Lake en raison de sa fréquente utilisation pour les matchs en semaine. Comme vous pouvez le voir sur la photo, c’est une configuration atypique. Un étang avec des pointes, des retours et une population piscicole surprenante aussi. F1, gardons, plaquettes, mais aussi grosses (très) grosses perches (des dinosaures comme disent les anglais) des brèmes (des vraies, des jaunes pas des skimmers) et aussi… Des barbeaux ! Ce sont des vraies furies, qu’on pêche en bordure ou au large, mais sur le gravier ou près d’obstacles submergés. Comme j’y passe le dernier jour, j’ai évidemment les meilleures infos possibles sur chacune des zones.

20151204_081832

Une pêche continentale

D’après les infos recueillies auprès de Darren, il y a toujours cette pêche de bordure à 5 brins, une pêche de surface au large à grainer et aussi une pêche très continentale sur cet étang profond pour le coin (2,50m) sur le fond, de plaquettes, brèmes et F1 avec un rappel à la coupelle, sans oublier les barbeaux en bordure en fonction du tirage. Ce jour là je dois dire que je suis zen à me surprendre. J’ai charioté mon matériel au bord de l’étang avant le tirage en me levant de bonne heure pour me laisser le maximum de temps pour remonter mes lignes. Je me fais conduire au parking par Steve Sanders et en 10 minutes, je suis au bord de mon ponton avec mes deux compères du jour.

IMG_8019

Un découpage bizarre

Mon secteur est découpé de façon étrange, mais au plus régulier par rapport à la densité de poissons, pour que chacun ait la même zone. J’hérite du N°22 sur une pointe. Pas le meilleur poste, mais pas le moins mauvais non plus. Coup du sort, Harry Billing tire en face de moi au 20, sur une autre pointe qu’il devait partager avec un autre pêcheur, mais ce dernier a abandonné. Harry se retrouve donc seul au monde. Je n’ai qu’une idée en tête, c’est de le battre. Je ne regarde même pas les autres pêcheurs de ma zone. Si je veux entrer dans le top 10 de l’épreuve, il faut que je gagne mon secteur et Harry est un excellent baromètre car il est très bien placé au classement.

pollawyn

Des choix obligatoires

Pour la première fois de la semaine, je décide de ne faire que deux coups, l’un à 5 brins et le second à … 14,50 mètres. Le fond est superbe, la météo aussi, très peu de vent et une belle luminosité. Je dépose 1 boule au bord et 3 belles boules au départ au large à la coupelle de mon mélange désormais connu, bien chargé en esches. Dès le départ, j’agraine intensivement des casters au large sans quitter mon flotteur des yeux. L’idée est d’arriver à faire monter et prendre les gardons à une belle cadence. Je me suis entraîné en France quelques mois avant et ça va comme sur des roulettes, sauf que… Je n’ai pas une touche au bord et très vite je dois aller au large. De longues minutes passent sans le moindre signe de vie jusqu’à ce que j’enregistre la première touche…Que je rate évidemment.

 

Don’t Strike Olivier !

Et là une phrase que j’ai entendue plusieurs fois à l’entrainement résonne « Don’t strike Olivier ! ». Cela signifie « Ne ferre pas ! » et c’est Darren qui me rappelle que si je ferre trop fort, avec le peu de bannière que j’ai, les risques d’emmêlage sont importants et surtout en sortant toute ma ligne de l’eau, c’est autant de temps qu’elle mettra à se mettre en place et trouver les poissons. Et donc cette fois je me dis que je ne me bornerai pas et … Comme j’ai réussi à le faire les autres, mais en mieux et à 14,50 mètres, n’oublions pas, au moindre comportement suspect ou que mon flotteur coule, mon ferrage se limite à juste soulever l’antenne. Parfois je rate, mais souvent l’élastique se tend. Je démarre par de jolies plaquettes, suivies de temps à autres par un F1 et j’ai une belle cadence. Il n’y a pas d’autres mots, je prends mon pied !

GOMAD0336-1
Pour l’occasion, j’ai pêché avec cet élastique creux d’1,5 mm, ce qui m’a permis de décrocher très peu de poissons en utilisant un hameçon plus petit (20) au départ pour les plaquettes, sans perdre les f1 pour autant.

Quelques minutes de trop

Le vent provoque un courant curieux sur le fond, je le vois au travail de mon amorce et parfois les touches cessent brusquement. A ces moments, je vais voir au bord, mais surtout en surface où là j’ai des touches inferrables. J’y crois puisque je prends quelques gros gardons, décroche un f1 et y consacre plusieurs séquences de 10/15 minutes à chaque fois. Mais je me focalise sur le fond aussi, j’agraine et décide aussi d’y rappeler régulièrement, c’est ce qui semble faire venir les brèmes. Je m’arrête même de pêcher un moment pour monter une ligne à double-charge pour n’avoir aucun regret. Les touches sont bien plus franches et je vois bien que je suis au coude à coude avec Harry. Ce que je vois moins bien, ce sont les poissons qu’il prend en bordure…

Sans titre
Dans cette configuration, les 3 derniers plombs reposent quasiment sur le fond. C’est idéal pour les plaquettes et les touches en relevé.

Le verdict : Heureux !

Je suis très satisfait de ma pêche et la balance me réconfortera. J’ai 39 livres soit un peu plus de 17 kilos. J’ai perdu très peu de poissons. Harry arrive et comme j’ai vu son score, je sais qu’il remporte le secteur avec … 44 livres. 5 livres nous séparent soit un peu plus de 2,2kg …. Mes quelques minutes de trop en surface … Je finis encore une fois 2eme du lac entier, une satisfaction de plus.

20151204_155457-1

Evidemment j’ai quelques regrets, mais je suis battu par un très grand et sympa pêcheur. Et si je l’avais battu et bien … Il n’aurait pas remporté le festival, ce qui porte à 13 ses victoires de festival à White Acres !!! Ces poissons en bordure qu’il prenait, c’était de très belles perches ! Well done Harry !

20151204_193545-1
Harry se voit remettre par Darren Cox un neau chèque de 1000 livres, des lots ! Avec ses enveloppes de la semaine, Harry part avec le sourire… et les poches pleines !

Bilan

Je finis la semaine avec 1 victoire, 2 places de second, une place de 3ème et celle de 5ème qui ne sera pas retenue, car la plus mauvaise est éliminée. Pour une première je suis satisfait de ma 14ème place. Très même. Avant de venir, je n’en demandais pas tant. Au-delà de la pêche et des 215 livres de poissons capturés et de tous ses enseignements, j’ai rencontré des personnes fantastiques, eu des moments formidables, échangé plein de choses. Vivement le prochain voyage ! Peut-être en été cette fois ci 🙂

20151204_204001-1

20151204_193727-1

20151206_192021

20151205_210913
Sur le retour, nous nous sommes faits un « petit » plaisir avec Thierry en attendant le ferry de retour, on l’avait bien mérité !

 

 

A propos Olivier Wimmer

Pigiste pour La Pêche et les Poissons depuis 2005. Début en compétition en 1987. Participation 2 x à la 1ère division mixte et 6 x à la 2ème. 5 x à la 1ère division moulinet. Membre du club Pêche Compétition Garbolino 67. Voir tous les articles de Olivier

Voir aussi

peche-coup-competition-garbolino-day-rille-2016-8

Garbolino Day 2016 : Des scores phénomenaux

Lorsque j’écrivais sur ces épreuves à ne pas manquer j’évoquais le Rameau d’Or, Le Challenge …

Pas de commentaire

  1. Je viens de me prendre le temps de lire TOUS les articles de tes péripéties a ce fameux festival Olivier, et je dois avouer que j’en suis bouche bé !!!
    Oui, oui, j’en ai la chique coupée, (et c’est peu dire!!)
    Dis donc, le moins qu’on puisse dire, c’est que ça rigole pas chez nos amis Anglais
    Perso, lorsque j’ai je t’ai lu manche après manche, pour peu, je m’y serai cru…vraiment formidable comment tu nous a relaté tes exploits (…car on peut appeler cela des exploit)
    Une approche calculée, réfléchie, pas de place a l’improvisation
    Tu l’a d’ailleurs relaté et comme je te connais en effet tu ne l’a pas pris a la légère…bref c’est tout toi ça
    C’est captivant du début a la fin, et je comprends maintenant mieux après lecture que lorsque tu m’avais dit au téléphone…Alain ça il faut l’avoir vécu

    En tout cas, Merci mon ami de nous faire vivre de tels moments de pur bonheur…on en salive (…enfin moi en tout cas)
    …..Euhhhhh…..On n’ en salive pas seulement…on en apprends énormément aussi !! 😉
    @ le revoyure mon pote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *